top of page
  • Photo du rédacteurJulius

Mon évolution alimentaire


Salut à toi Jiu Jiteiro!!!


Cet article est lié à ceux sur mon évolution sportive, dans lequel j'avançais l'idée que ma composition corporelle a vraiment changé lorsque j'ai changé ma façon de m'alimenter.

Je me devais de décrire mon parcours dans le vaste monde de l'alimentation.


Evidemment, l'activité sportive est le pilier du développement des capacités physiques.


D'un autre côté, il y a l'adage:

"L'alimentation à elle seule ne fera pas de toi un champion, mais elle peut faire en sorte que tu ne deviennes pas un champion".


Ce qui est sous entendu, c'est que la nutrition reste un pilier essentiel dans la construction de ton corps et de tes performances, qu'elles soient physiques ou mentales.


Que ce soit pour te donner assez de carburant pour endurer certaines épreuves ou pour faciliter ta récupération et ainsi reprendre l'entrainement de manière optimale, plus rapidement.



Le plaisir de l'enfance



Ma mère va me tuer en lisant l'article ;)


(Annick, merci pour ce que tu as fait pour nous, je sais que tu as toujours fait de ton mieux avec la meilleure des intentions).


J'ai grandi dans les années 80 et 90.


L'époque de l'arrivée du micro-ondes, des Choco Pops, Frosties, des esquimaux "Magnum" et des crêpes fourrées au jambon de Lidl...


Nous n'avions pas forcément de gros moyens financiers mais je n'ai jamais manqué de rien.


Ce que je peux dire aujourd'hui, avec mon regard de conseiller en nutrition et l'éveil des consciences au sujet de l'importance de la qualité de l'alimentation, c'est que mon enfance, de ce point de vue là, est loin d'avoir été parfaite.


Je me rappelle des choco pops dans le lait chauffé au micro-ondes, à manger de manière express avant d'aller chez la nounou.


Manger à la cantine des lentilles et choux de Bruxelles en boites, avec un éclair au chocolat les jours de fêtes, ou la traditionnelle salade de fruits au sirop.


Le goûter: brioche et pâte à tartiner premier prix de chez Lidl.


Au dîner, soupe ou plat de pâtes.


A chaque repas, du pain, essentiel et tellement bon!


Un steak, en général le samedi midi, accompagné de pâtes ou de frites, un peu de salade verte.


Le dimanche, ma mère ayant le temps de cuisiner, nous avions le droit à de la cuisine traditionnelle, que j'adore, comme de la langue de bœuf, la blanquette de veau ou du bœuf bourguignon.


Tout cela dépendait évidemment des finances familiales.


Avec du recul, je me dis que nous avons souvent mangé des pâtes, la plupart du temps avec du fromage.


C'est le style alimentaire que j'ai suivi jusqu'à ce que je parte à l'armée, en 2000.


Le naturopathe que je suis, comprend mieux pourquoi enfant et adolescent, j'avais la grippe ou une gastro presque chaque année, pourquoi j'avais de la conjonctivite ou des problèmes de peau:


Trop de sucre, pas assez de légumes, manque d'hydratation, peu de protéines et pas forcément les bonnes graisses.



Des début calamiteux


Après 1 an dans l'armée, je rejoins mon régiment à Donaueschingen, en Allemagne.


Je suis clairement alcoolique (tu peux retrouver mon expérience d'alcoolique dans cet article). Malgré cela, j'ai tout de même un bon niveau sportif par rapport à la moyenne.


J'ai pour ambition de voir mes abdos, alors je fais comme la plupart des gens qui n'y connaissent rien: Je mange moins...


Je me rappelle que pendant plusieurs mois, mon dîner se résumait à une boite de 75g de thon avec une boite de 100g de maïs.


Bien évidemment, rien ne se passe, pour plein de raisons.


Il n'y a pas de base établie. Mon alimentation est déstructurée, incohérente.


Pour te donner un exemple, voici une journée type:


Petit déjeuner: Spécial K + lait (remplacé à un moment par de la vodka...)


Midi: 1 litre de bière, puis carottes râpées et vinaigrette, suivi d'une viande en sauce avec des pâtes ou des pommes de terre, puis du fromage et, en dessert, un yaourt sucré ou une connerie du genre.


Dîner: Thon et Maïs


... et de l'alcool à profusion.


Le weekend, tout dépend de l'heure et l'état dans lequel je me réveille, ce sera pizza, kebab ou rien du tout.


Je porte des œillères.


Je ne comprends pas pourquoi je ne vois pas mes abdos alors que je fais du sport tous les jours et que j'ai l'impression de ne pas manger tant que ça.


J'ai même l'impression que mon corps se dégrade, même si mon poids n'augmente pas, car j'ai des angines ainsi que des tendinites chroniques.


C'est le rythme que j'ai pendant une année. Jusqu'à ce que j'arrête de boire et que je me tourne vers la musculation de façon plus intense, avec l'aide d'Olivier, un camarade Sergent de l'époque.



Un nouveau départ



Je suis en "mission" en Guyane.


Je viens d'arrêter de boire et je compense par le sport.


Olivier me fait remarquer que c'est bien de s'entrainer mais qu'il faut "nourrir le muscle" si on veut le développer correctement.


Alors il me donne quelques conseils que j'applique pendant le restant de mon séjour et que je continue d'appliquer à mon retour.


Voyant les changements physiques, mes performances sportives et professionnelles s'améliorer, je veux continuer sur ma lancée.


Je m'abonne au magazine "Muscle & Fitness", et commence à lire, étudier et appliquer les conseils diététiques et nutritionnels tirés des plans repas de bodybuilders sous stéroïdes.


Je commence par me préparer des escalopes de poulet au grill, je découvre le brocoli sans goût, cuit à l'eau, que j'accompagne de riz.


Le célèbre poulet - riz - brocoli!


Il fait encore partie de ma vie!!!


Mais ces changements alimentaires ne sont valables que pour les dîners de la semaine.

Le midi, je mange ce qu'il y a à la cantine, et le week-end, je mange ce qui traine et tout dépend de là où je me trouve.


Sans compter les dizaines de Redbull que je m'envoie en discothèque, pour faire passer le fait qu'une soirée sans alcool, c'est chiant quand tu es un ancien alcoolique.


Je n'ai pas encore conscience que c'est la régularité qui paie.


En parallèle, je commence à prendre des compléments alimentaires comme des protéines en poudre et des BCAA.

C'est "Muscle & Fitness" qui dit qu'il faut en prendre pour gagner du muscle et voir tes abdos ;)

(Je ferai un article sur mon historique avec les compléments).


La vie de militaire n'était pas stable à l'époque et j'imagine qu'elle ne l'est pas plus aujourd'hui.


Toujours en déplacement pour des camps d'entrainement, en mission à l'étranger, vigipirate (= sentinelle) ou simplement monter la garde.


Ces aléas font qu'il m'est impossible de planifier quoi que ce soit et je dois m'adapter à chaque situation, même si elles me convenaient.


Effectivement, je n'ai pas à me soucier à préparer à manger, ni même à payer. Je ne fais que mettre les pieds sous la table et me laisser nourrir.


Et puis on tirait une fierté de pouvoir s'adapter à toutes ces situations.


Par exemple, lorsque j'ai été déployé en Côte d'Ivoire en 2003, nous avons mangé des rations de combat pendant 4 mois.


Si tu ne savais pas, le plat principal de cette ration, n'était ni plus ni moins qu'une conserve équivalent à William Saurin.


On agrémentait ça d'un ananas trouvé en patrouille ou acheté à un autochtone et basta!


Cela ne m'a pas fait prendre du gras ni entravé dans l'exercice de ma mission.


J'étais jeune, actif, en vie et c'était déjà pas mal.




Mais à cette époque, je n'ai pas encore la "bonne" mentalité.


Je suis conditionné pour faire mon métier. Toute considération extérieure comme l'apparence physique ou établir une relation amoureuse, tout ce qui se rattache à mon individualité m'est impensable.


Je suis militaire avant tout.



Changement de décor




En 2006 je quitte l'armée et l'Allemagne pour la frontière franco-suisse.


J'ai beaucoup plus d'autonomie et de contrôle sur mon alimentation.


Comme je ne connais personne, je ne sors pas ni ne vais au restaurant.


Je focalise mon attention sur mon travail et le sport, je prépare tous mes repas que j'emmène au boulot, que ce soit pour bosser le jour, la nuit ou les week-ends.


Je ne mange quasiment aucun aliment transformé.


Une année à ce rythme a drastiquement changé mon apparence physique.


Je mange plus qu'avant et j'ai l'impression que mon corps me remercie. Il a enfin le carburant qu'il attendait pour construire du muscle et alimenter ma santé.


Je me sens bien. Très bien même.


La dernière fois que j'ai consulté un médecin pour cause de maladie remonte à 2002!!!


Au moment où j'écris cet article, nous sommes en 2024, et, mis à part une grosse grippe qui a duré 3 jours en décembre 2019 (d'ailleurs je n'ai même pas consulté à ce moment là). Je n'ai plus jamais été malade.


J'imagine que les changements alimentaires et de mon style de vie ont eu un réel impact sur mon organisme et ma santé. L'arrêt de l'alcool, l'activité physique et une alimentation relativement saine, bien évidemment conjugués avec la jeunesse, m'ont rendu indestructible ;)


Lorsque je rencontre ma future épouse, je me laisse aller à de petits plaisirs gustatifs: Restaurants, pizzas, glaces...


C'est bon (dans la bouche), mais je sais que ce n'est pas ce qui va me donner un 6-Pack écorché ni des performances de champion.


Alors cela reste très occasionnel.


Et je t'avoue que, de nos jours, c'est passé au statut d'exceptionnel.



La naturopathie révolutionne ma vie




En 2012, je suis papa de jumeaux depuis 1 an.


Je suis crevé.


Je me gave de café.


Je fais un boulot administratif qui paie bien mais que je n'aime pas du tout.


Je deviens aigri et m'engueule avec ma femme pour un rien...


J'ai eu une gastrite, puis un ulcère à l'estomac...


Bref, je suis un vrai connard... et ça, je ne le tolère pas!


Je ne peux pas rester dans cette impasse alors que je n'ai que 30 ans!


Je décide de me former en naturopathie et en conseils en nutrition, en parallèle de mon travail, de la vie de famille, de mes entrainements...


Lors de mes études qui durent de 2013 à 2015, je découvre des concepts inconnus à mes yeux jusque là: jeûne, dissociation alimentaire, végétarisme, crudivorisme, tempéraments hippocratiques...


Je lis, j'étudie, j'apprends et j'expérimente.


J'élimine les produits laitiers de mon alimentation, je teste le végétalisme, je me lance dans la cuisine sans gluten, je jeûne, ...


Tu as beau avoir la théorie, il n'y a que tes actions qui provoqueront des changements.


Et même si je me suis planté par moments (j'en ferai un article), ces expérimentations portent leurs fruits.


Je commence à reconnaitre des sensations physiques, si je mange assez ou pas, ce qui convient à mon système digestif ou pas, comment mon corps réagit face à ce groupe d'aliments...


C'est un pur régal!


J'ai 34 ans et je commence à vraiment m'approprier mon corps.


Pas seulement dans sa dimension physique musculaire ou ma capacité à bouger, mais dans sa capacité d'adaptation, de production d'énergie, de récupération en fonction de ce que je lui donne et à quel moment je lui donne.


C'est à ce moment que je passe un cap visuel physique.


Je perds du gras, tout en maintenant mes muscles et performances.

Je suis donc plus "sec" et plus fort!


Rythme de croisière




Après avoir expérimenté les différentes diètes à la mode des dernières années (cétogène, vegan, carnivore, paléo ...), j'ai réparé mon corps et identifié ce qui semblait me convenir.


Je dis: "semblait", car rien n'est définitif dans la vie, tout évolue.


J'imagine que ce qui me convient aujourd'hui, ne me conviendra peut être plus au niveau digestif dans 30 ans.


Mais à l'heure actuelle, j'ai défini ce qui me convient, en fonction de:


  • Ma capacité et ma réponse digestive

  • Mes objectifs physiques

  • Mes besoins énergétiques

  • Mes besoins en micronutriments



Ce ne sont que des facteurs temporaires, dans la mesure où mes objectifs physiques évolueront avec le temps et auront un impact direct sur mes besoins caloriques et en micronutriments.


En ce qui concerne ma capacité digestive, elle-même a beaucoup évolué au cours de ces 15 dernières années.


Je suis passé par des périodes où mon transit était très accéléré par la consommation de produits laitiers animaux, où j'étais très ballonné lorsque je mangeais certains fruits, et la consommation de sources de gluten (blé principalement) déclenchait une guerre nucléaire dans mon intestin.


Le rééquilibrage alimentaire que j'ai entrepris, accompagné de certaines pratiques comme le jeûne et la prise de certaines plantes et compléments alimentaires, sur plusieurs mois/années, m'ont permis de sortir de ces symptômes.


Symptômes qui me paraissaient comme normaux, car ils n'étaient pas vraiment graves.


Je les considérais plutôt comme une gêne.


Mais il faut garder à l'esprit que tout symptôme, aussi léger soit-il, est un message de ton organisme sur la façon dont il gère une situation.


De plus, toute lutte interne te prive d'une énergie disponible pour tes muscles et ton cerveau.


Et si tu es sujet à certains troubles digestifs, il est temps de revoir ton équilibre alimentaire (Suivi Naturo-Nutrition).



Comment je m'alimente aujourd'hui?


Mon alimentation s'organise de la façon suivante:


  • Je prends un petit déjeuner riche en protéines et lipides et faible en glucides, composé d'œufs et de viande ou poisson restant de la veille, de fromage à pâte dure ou d'avocat, et de légumes lactofermentés.

  • Le midi, j'aime consommer de la viande avec une grosse salade de crudités ou une poêlée de légumes, suivi d'un carré de chocolat noir.

  • Entre 16 et 17:30, je fais une collation protéinée et légèrement glucidique. Cette collation se fait souvent après mon entrainement de l'après-midi. Je mélange 2 yaourts au soja (nature) avec 30g de protéines en poudre et 5g de créatine. J'ajoute une banane coupée en morceaux et quelques pépites de chocolat noir, du gingembre et de la cannelle moulue, ainsi que quelques cerneaux de noix ou des noix du Brésil.

  • Au dîner, je consomme généralement du poisson blanc ou des crevettes, avec des légumes, un filet d'huile d'olive ou de noix et une source de glucides comme du riz ou des patates douces.

  • Un peu plus tard, et si j'ai "besoin" de compléter mes macros, je vais manger 200g de cottage cheese, puis, toujours si besoin (souvent le cas), 1 bol de flocons d'avoine et quelques pépites de chocolat noir avec gingembre et cannelle moulue.


Je tourne autour de 3000kcal par jour, en augmentant la part des glucides en fonction du type d'activité physique pratiquée.


C'est ce que je fais depuis bientôt 2 ans et demi, et je dois avouer que ça me réussit assez bien du côté digestif mais également en terme de bien-être au quotidien, dans mes activités professionnelles et sportives.


Cependant, je suis certain que je changerai de façon de m'alimenter dans les prochaines années, que ce soit pour des raisons éthiques, d'objectif physique, de santé ou de longévité.


Comme tu as pu le constater, j'ai une bonne expérience personnelle en ce qui concerne l'alimentation.


Si tu veux toi aussi faire évoluer ta nutrition, ton physique et prendre soin de ton organisme, je suis là pour toi, ta famille ou tes amis avec mes Suivis Naturo-Nutrition.


Cet article t'a plu? Dis-le en commentaire





117 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page